26 février 2007

Bravo ce matin à Nestor Le Pingouin qui aurait mérité d’avoir un Oscar d’honneur cette nuit…


Et c’est grâce à mon comparse Fabrice Collignon que je rend hommage à Nestor, ce matin. Car, comme il le faisait remarquer aux petites heures, c’est quand même incroyable que Happy Feet ait reçu un oscar pour le meilleur film d’animation à Hollywood… Un pingouin qui s’impose devant un parterre d’autres vedettes d’Hollywood, habillées elles aussi comme des pingouins pour la circonstance, cela ne manque pas de piquant. Et comme le signalait Fabrice, c’est un véritable symbole que Happy Feet décroche la statuette le jour de la saint Nestor car cela renvoie évidemment à la vedette de notre enfance le pingouin Nestor. J’ai senti ce matin dans le ton de la voix de Fabrice (et je le connais, depuis le temps) comme un brin d’émotion nourri de nostalgie et de tendresse. Et c’est normal, Nestor fut une des vedettes de notre enfance… Cette marionnette, à qui le ventriloque David Michel donnait de la voix, a été pour nous un modèle, une référence… Il nous a décomplexé également… C’est là qu’on s’est aperçu que l’on pouvait chanter même si en la matière on était plutôt manchot. Tout a commencé avec un premier 45 tours en 1974 (« L’éducation sexuelle ») puis il y a eu « le Père Noël est amoureux » , « Les petites cousines » et enfin, en 1975 « La pêche aux moules ». Un hommage rendu à l’émission de Jacques Martin, « Le petit Rapporteur ». Il paraît que Jacques Martin était tellement content de l’initiative qu’il a voulu intenter un procès à Nestor. En trois ans, de 1974 à 1977, Nestor a sorti quatorze 45 tours et s’est même produit à l’Olympia. Mais c’est la pêche aux moules qui l’a immortalisé avec plus d’un million deux cent mille exemplaires de vendus. C’est-y pas beau ça ? Il a même fait Forest National, j’ai lu ça sur son site officiel… Parce que oui Nestor a son site internet. Il reste dans le coup. Il a notamment refait de la télévision. J’ai vu Nestor à un numéro spécial du « Maillon Faible » en décembre dernier… Il n’y avait que des ventriloques sur le plateau. On l'a vu aussi chez Julien Courbet, chez Patrick Sébastien… Notez que tout n'est pas rose, il paraît aussi que David Michel (la voix de Nestor) a été patron d’une boîte de nuit dans le quartier du Marais à Paris, mais il a du fermer les portes pour cause de bruit qui gênait les voisins… C’est vrai que dans une carrière, il y a des hauts et des bas… Par exemple… Dans sa discographie on remarque un trou chez Nestor… Entre 1977 et 1982. C’est vrai que « Bokaka » et « L’écololo » n’ont pas eu le succès de la pêche aux moules… Cinq ans de pause et puis Nestor revient avec son tube, une version très personnel d’un autre tube, celui du trio Allemand qui chantait « Dadadada »… Chez Nestor c’était devenu Dis-moi Dadada. Bon, je l’avoue, ça ne vaut pas la pêche au moules… Mais franchement quand je vois l’Ultratop avec les premières places squattées par des poules, des grenouilles, des vaches et autres « fout ta cagoule », je me dis qu’il y a encore une petite place dans l’igloo pour notre pauvre Nestor… Il y a bien un Oscar pour « Happy Feet ».

2 Comments:

At 12:44 PM, Anonymous Anonyme said...

oui c'est vrai bravo moi je suis retombée en enfance en réecoutant 'la peche aux moules'

Mais je voudrais faire comme vous et donner un ZERO a une personne de mon entité se permettant de faire une pétition pour interdire a mon neveu , un petit trysomique de faire sa scolarité dans le petit village qui le voit grandir , je donne zéro aux abrutis sans cervelle se donnant le droit de faire circulé pareil absurdité! et j'ai honte pour eux en tant que parent(ils ne sont pas dieu!)voilà encore bravo monsieur pour votre bravo /zero.

 
At 9:35 PM, Anonymous Laurent de Arlon said...

salut thierry juste pour te dire que j'ai surl'ordi l"La Peche aux Moules" de Nestor le pinguoin.

 

Enregistrer un commentaire

<< Home