24 mai 2007

Bravo ce matin aux banques qui pensent à tout pour nous rendre service.


C’est que j’ai reçu un mail moi ce matin avec un truc que je ne savais pas. Cela concerne les cartes bancaires. Moi, les cartes bancaires, c’est un bazar qui me stresse à mort. Bon d’accord c’est pratique, mais j’ai toujours l’impression qu’un malfaiteur se tapit à chaque coin de rue dans le seul but de profiter de cette petite carte en plastique qui sert de sésame pour accéder au coffre de la banque où dort mon argent. Le pire des scénario, c’est la prise en otage. Vous voyez le genre ? Un individu vous menace avec un couteau, une arme à feu ou un disque d’Ilona Mitrecey et vous invite à former votre code au distributeur de billet avec la ferme intention de vous dérober tous les biftons qui seront crachés par la machine. Eh bien, je ne le savais, mais il y a une procédure d’urgence… C’est vraiment tout simple. A se demander pourquoi les banques ne communiquent pas plus largement cette info. Si un jour vous vous retrouvez par hasard dans cette situation un peu pénible vous n’avez qu’à fonctionner à l’envers… En clair, lorsque vous formez votre code à quatre chiffres, vous inversez tout. Exemple, votre code c’est « 1234 » eh bien vous formez « 4321 ». Qu’est ce qui se passe dans ce cas-là ? La machine vous donne bien les billets demandés, mais la banque est avertie que vous êtes en train de vous faire truander. Et elle peut appeler fissa la police pour vous aider. Paraît que l’information est passée à la télé, mais qu’elle a du mal à se faire une notoriété.

Bon, c’est du flan… C’est encore une de ces rumeurs pas justes qui circulent avec force et vigueur sur le web et dans les boîtes à mail. Début d’année, un groupe financier québécois, la maison Desjardins, a d’ailleurs du se fendre d’un communiqué pour démentir l’information. Une des employées de la vénérable institution avait en effet eu la bonne idée de relayer cette rumeur en envoyant le mail à ses proches, en les incitant à faire circuler l’information. Je vous dis pas, avec en plus la caution d’une banque, la rumeur s’est retrouvée dopée comme un cycliste de l’équipe Festina au sommet du Mont Ventoux. Bref, il a fallut casser la chose… Mais ça ne marche pas vraiment… Le mail continue à circuler… Et dans plusieurs langues, puisque j’ai trouvé aussi ce matin sur le site « hoaxbuster.com » une version en espagnol. Cela-dit encore une fois, il suffit de réfléchir un peu pour démonter cette super-idée. Composer son code à l’envers je veux bien. Mais y a des cas où cela pose problème. Imaginez celui qui a comme code à quatre chiffres « 1221 » qu’est ce que ça donne à l’envers ? « 1221 ». C’est un palindrome comme on dit. De gauche à droite ou de droite à gauche, c’est chou vert et vert chou… y aussi ceux qui ont comme code « 7777 »… Qu’est ce que ça veut dire pour eux ? Que chaque fois qu’ils composent leur code, ils alertent la police ? Je vous jure…Y en a qui ont rien d’autre à faire que de diffuser des couillonnades sur le net. Enfin, notez que sans eux, j’aurai moins de trucs à raconter aussi…


2 Comments:

At 9:41 AM, Anonymous lectrice said...

mais pourquoi bravo aux banques?

 
At 9:58 AM, Blogger TDupiereux said...

J'avais pas envie d'attribuer un zéro à ceux qui envoient des mails sans vérifier l'info qui est dedans (déjà fait), j'avais pas envie de dire bravo à Nicolas Sarkozy (qui n'avait rien à voir dans cette histoire). Pas envie non plus de dire zéro à la mort, à l'ennui et au fait que j'oublie toujours mon numéro de GSM (trop philosophique). Bravo donc aux banques qui elles aussi n'ont rien à voir dans cette histoire, mais qui avaient un faible lien avec l'histoire racontée ici... L'inspiration matinale subit parfois la faiblesse d'un esprit encore à moitié endormi. C'est tout bénéfice pour les banques, une fois de plus...

 

Enregistrer un commentaire

<< Home