07 février 2007

Zéro ce matin à Violaine Vanoyeke et Philippe Engerer qui viennent de sortir un bouquin en prévision de la saint Valentin…


Bon ça y est, on est à une semaine moins une. La semaine dernière, à une semaine moins deux, je vous donnais tous les bons trucs pour préparer une Saint Valentin d’enfer genre « Dites lui je t’aime avec des avions dans le ciel qui dessinent des grands cœurs de fumée ». Ce mercredi, j’ai pensé aux bourses plus modestes, je me suis plongé dans un livre intitulé « Amoureusement Drôle ». Bref, un ouvrage typiquement Sant Valentin, avec des roses rouges qui garnissent la couverture. Ce qui était diablement intéressant, c’est que ce livre se présentait aussi comme une oasis de culture et d’histoire. Car sous ses atours badins, « Amoureusement Drôle » se présentait comme un voyage historique. Pour les deux auteurs c’était l’occasion d’aller glaner ça et là des histoires galantes et des traits d’esprits dispensés des époques reculées à nos jours. En quatrième de couverture l’argument de vente était imparable : « De quoi s’amuser tout en se cultivant pour la Saint Valentin ». Amour, divertissement, pédagogie ludique : que demander de plus. Mais voilà, les amoureux qui achètent ce livre ont intérêt à entretenir une relation solide à l'épreuve des coups durs. Parce que les traits d’esprits, quand on parle de couple, de mariage et compagnie, c’est rarement fleur bleue et bisous sur la joue. Exemple, Robert Sabatier, écrivain : « L’amour est la rencontre de deux myopes que le temps rendra presbytes ». Autre écrivain, Jean Anouilh : « Pourquoi contredire une femme ? Il est plus simple d’attendre qu’elle change d’avis ». Et que dire de ce proverbe trouvé à la page 46 : « La fidélité n’est pas une preuve d’amour, mais un manque de curiosité ». Non mais, vous vous rendez compte… Et ça se présente comme un bouquin de Saint Valentin… Vous me direz: "C’est de l’humour, il faut savoir rire de tout. Etre un peu décalé". Décalé. Décalé. Vous imaginez le petit jeune transi d’amour qui achète ce livre comme on acquiert un chat dans un sac? Qui le voit en vitrine d’une librairie, qui ne jète pas un coup à l’intérieur. La fiancée est émue du cadeau, le déballe, découvre la couverture aux tonalités roses, les petits coeurs à l’intérieur, les fleurs, les angelots… Puis la fiancée se met à lire ce qui est à l’intérieur encore sous le coup de l’émotion… Et la fiancée qui tombe sur cette citation : « Boire sans soif et faire l’amour en tout temps, il n’y a que ça qui nous distingue des bêtes »… Bon d’accord c’est du Beaumarchais, mais vous imaginez la tête de la pauvre donzelle qui s’attendait sans doute à quelque chose de plus touchant, de plus tendre. Il y a même du Bernard Shaw… Mais c’est horrible du Shaw pour les jeunes couples… Vous savez que l’écrivain irlandais avait beaucoup d’esprit, d’ailleurs les Grosses Têtes de Philippe Bouvard le citent souvent en guise de référence… Exemple… Shaw s’inquiète du moral d’un de ses amis… « Rien ne lui plaît. Il n’a plus goût à rien. Il a pensé à différentes formes de suicide » L’écrivain marque un temps puis ajoute… « Finalement il a choisi le mariage »… Horrible, horrible je vous dit… Celui qui offre ce bouquin à sa dulcinée serait complètement irresponsable… Il est sûr de se payer un râteau… Vous vous voyez offrir un livre à votre amoureuse vous où on se dégote une citation du genre : « Il y a beaucoup de femmes qui le lendemain de leur mariage sont veuves du mari qu’elles s’étaient imaginés »… C’est du suicide amoureux… Autant écrire tout de go sa lettre de rupture… Allez, là encore : Jules Renard : « Il y a deux ans que je n’ai pas parlé à ma femme. C’était pour ne pas l’interrompre »… Sacha Guitry : « Ma femme et moi avons été heureux pendant 25 ans. C’est à cet âge-là que nous nous sommes rencontrés ».


« Amoureusement drôle » chez Hors Collection.

6 Comments:

At 1:16 PM, Anonymous Anonyme said...

Non moi je donnerais 10 car quand on aime il faut aussi aussi avoir de l'humour !! enfin moi j'adore Guitry alors..
Au fait merci pour ces quelques minutes de bonne humeur de tous mes matins et je ne les raterais pour rien au monde..
Dominique de Namur j(e remets un gros bisous aux 2 compères)

 
At 1:22 PM, Blogger TDupiereux said...

Merci Dominique. Fabrice et moi en rougissons d'aise. Sur la cote maximale, c'est Ok. Finalement entre 10 et 0, il n'y a qu'une petite barre ridicule de différence et beaucoup de deuxième degré.

 
At 3:37 PM, Anonymous Anonyme said...

c'est chouette de commencer la journee dans la bonne humeur avec bel rtl

 
At 3:37 PM, Anonymous Anonyme said...

c'est chouette de commencer la journee dans la bonne humeur avec bel rtl

 
At 5:06 PM, Anonymous Anonyme said...

Merci pour ces moments de bonheur au (troisième?)deuxième degré. Faites-vous inviter par Philippe Bouvard:votre place est toute chaude.
Dans la continuité de ce matin: "Si tu étais la plus belle, je me serais déjà lassé. Tandis que là, je ne m'y suis pas encore habitué." (Raymond Devos) ou celle de Dany Boon: "L'argent n'a pas d'odeur, ...mais la femme a du flair..."
Didier, Namur
Bienheureux ceux qui savent rire d'eux-mêmes, ils n'ont pas fini de s'amuser...

 
At 8:25 AM, Blogger filomeno2006 said...

Film avec Jorge Rigaud

 

Enregistrer un commentaire

<< Home